Nous étions trop fièrement, nous payons doublement

Européenne la campagne «Spartacus» raté – n’a pas aidé et le retour en service Levitsky. Il s’est avéré que Maxime, hélas, n’est pas Filimonov. La dernière place dans le groupe, deux nuls, quatre défaites, la différence de buts 7:16. Zéro points et 1:18 par année, mais à l’automne 2001, il semblait que la pire il est difficile de prendre la parole. Et à partir d’un nouveau tirage de la Coupe de Russie a volé avec l’aller – cédé dans le premier match «».

La saison a laissé contradictoires de la sensation. D’une part, «Spartacus» avec le champion, et, de l’autre. Prématurée de la séparation d’avec ceux qui ont forgé la champions titres et l’émergence d’une équipe de gens au hasard. Les footballeurs ont cessé de croître. dans les meilleures années pourrait promouvoir un haut niveau de n’importe quel produit semi-fini, à présent, il ou ne pouvait, ou ne voulait pas faire. Oleg Ivanovitch fatigué, vieilli, est devenu introverti et irritable. On a vu comment il est difficile de travailler sur les deux fronts et de recevoir une portion de la critique. Même l’équipe de france, qui en toute tranquillité a décidé de sa tâche et se qualifie pour la coupe du monde 2002.

De la des affaires administratives dans le club quitté le pouvoir «» se concentrait dans les mains d’André , qui a fourni et le bien-être financier de champion. Andreï n’a pas encore eu le temps de cesser de plaire public, n’a pas encore le public avec leurs phrases sur les hamsters et les hémorroïdes, n’a pas encore vu la lumière de ralliement de la «Valise. La gare. Rostov». Le nouveau propriétaire raisonnait sur l’opportunité d’ du stade, mais a eu le temps de manifester une personne très économique. Le club n’allait pas à dépenser beaucoup d’argent sur les joueurs. Jusqu’à ce que et étaient dans le même bateau et s’est montré.

La sélection est devenue plus qu’étrange. De nombreuses recrues de l’année 2001 se sont révélés utiles Bestchastnykh, , avec une certaine étendue de Levitsky. Le reste, soit près du but, ou sur la perspective. Incompréhensibles pour les brésiliens, africains, les yougoslaves. D’ailleurs, n’est pas libre. disparu depuis longtemps, mais vécu. Et attirer le joueur russe dans «Spartacus» est devenu plus lourd. Comme l’a invité Roland Guseva, et dinamo a préféré devenir le joueur du CSKA. En un an, «Spartacus» acquit la réputation d’un club où ne sont pas trop appréciés par leurs dirigeants et tout simplement de bons joueurs. Tout d’abord rompu avec Sergey , n’ont après le retour. Ensuite rejeté le favori du public ” . Pas d’acier pour maintenir Vadim N.f.evseeva. Et puis je suis allé flux – Andre Tikhonov, Valery , Eugène , Nikolai Pisarev, Alexandre , Alexandre Filimonov. Après l’or de la saison de l’année 2001, les choses sur la sortie se tenaient à Victor Boulatov, Basile de Béliers et de Louis Robson. Si tous les trois pourraient apporter un an dans l’actif.

Le héros de la saison, vous pouvez l’appeler Bestchastnykh, le don que dans la première moitié de Vladimir dans l’équipe n’a pas été. Bonne année a passé Yegor Titov, mais le Bayern ne s’appelait. Rôle accru de Dmitri Parfenov, qui est devenu le leader de la défense. À peine mérité les reproches Yuri Kovtun et -Christian . Et c’est vraiment dommage que la blessure au genou depuis longtemps roulé en panne de Maxime .

L’ancien «Spartacus» délabrées, et avait besoin d’une mise à jour. D’autant plus que mûr pour les grandes affaires de la «Locomotive» de Yuri Séminaires, renforce ses muscles «Zénith», où déjà annoncé des jeunes Alexander Kerzhakov et Andrei Arshavin. Mais le principal devait devenir le CSKA, qui a déjà un an dirigé par Eugène , n’a trouvé à voir avec . L’équipe de l’armée ont survécu noir de l’année – la mort de Sergei , la maladie et la mort de Paul , et ils sont maintenant prêts à grimper. Venu ambitieux Valery Gazzaev, invité beaucoup de joueurs. En russie, le football attendait le changement. était pas prêt.

Recommander la page: Unibet et la dernière page de notre sponsor – examen